Oyazgur

Capsules volantes #2

2012-07-19 05.09.23En ce jour de lancement d’Ariane V (pas trop fort, s’il vous plaît, pitié pour elle !), quelques nouvelles de mon expédition capsulaire. Je suis bien redescendue sur terre, balançant, dans mon petit baluchon, 6 boîtes à capsules, choisies parce que j’aimais bien leurs couleurs (et un prix pas trop prohibitif…). Après avoir donc fébrilement transvasé le breuvage, servi un verre, parce que bon, quand même, va bien falloir écluser tout ça (je croise les doigts : j’espère que j’aime le chouaipse, j’espère que j’aime le chouaipse, j’espère que j’aime le…)

Expédition Capsule volante, Jour 1, début de soirée :

2012-07-19 05.33.59

 

 

Un verre de machin, six capsules, deux bobines de fil à oya, un crochet 0,5, un soir tombant, prête pour le lancement.

 

On commence par l’intérieur, une série de mailles serrées pour lier les capsules entre elles et faire le cœur de ce qui ressemblera à une fleur.

2012-07-19 05.47.42

 

Attaquer le deuxième rang par la face nord, évaluer de loin les diminutions à faire pour ne pas faire gondoler le tissage. Et se dire qu’en plus d’être partie pour quelques heures de mailles serrées, le résultat risque de ne pas être probant. Hésiter…

 

Expédition Capsules volantes, Jour 1, milieu de soirée :

2012-07-19 06.00.30

 

 

Bon finalement, changer de cap, retourner à la base de ravitaillement et troqué le crochet 0,5 pour du 1,5, du fil de nylon pour un perlé n°8.

2012-07-19 06.06.27

 

 

 

Et recommencer : une série de mailles serrées pour joindre les capsules. Fermer le rond et lancer gaiement le crochet pour remplir le cœur.

2012-07-19 06.11.03

 

 

 

S’arrêter à tant, pour pas que le centre remonte en pointe… 

2012-07-19 06.25.01

 

Expédition Capsules volantes, Jour 1, fin de soirée :

Changer de couleur et faire la bordure extérieure : des brides, des brides et encore des brides. 2012-07-19 07.12.36Un seul rang suffit.

Fin de la première journée. Le résultat est pas mal. Il faudra encore quelques essais pour que les brides se répartissent bien autour de chacune des capsules et avoir rendu plus « propre ». Mais même en l’état, j’aime. Et vivement le jour 2, histoire de poursuivre l’exploration… une idée de finition qui me trotte dans la tête.

 

Expédition Capsules volantes, Jour 2, début de matinée :

2012-07-19 20.54.142012-07-19 20.54.372012-07-19 21.32.12

 

Préparation du matériel

2012-07-19 20.55.23

 

 

 

Je reprends au vol mes capsules. A la lumière du jour et en gros plan, on se rend mieux compte des imperfections : les brides ont une fâcheuse tendance à vouloir se chevaucher les unes les autres (quelle indécence !) et avec les aspérités du métal, elles se mettent parfois en biais.

 

 

Allez, c’est parti : on trace, on découpe, on plie en trois pour pas que les bords gardent leur côté acéré, on essaie pour vérifier la taille (très fière d’avoir pensé – et même anticipé ! – à la marge à laisser car une fois le fil posé, le cercle se rétrécira. Ah ! Parfois je me surprend moi-même).

2012-07-19 20.59.522012-07-19 21.12.30

2012-07-19 21.14.52Reprendre le crochet, le même fil qu’hier. Et c’est reparti pour un rang – mailles serrées cette fois. Oui, j’en conviens sans souci, encore quelques progrès à faire sur le maniement du métal : encore des angles à arrondir. Mais ça s’est arrangé par la suite.En portant la bague notamment et en l’arrangeant autour du doigt.

2012-07-19 21.32.00Une fois l’anneau recouvert, j’ai collé le tout à la colle forte (attention à ne pas trop en mettre, sinon, ça déborde sur l’endroit et ça fait une tâche – je vous parle d’expérience ! J’ai passé une couche de colle blanche sur l’anneau et le cœur, histoire de rigidifier un peu le tout. Me restera à trouver comment faire avec le machin-bleu-pas-beau qui se voit sur l’envers.

Et là voilà, prête à s’envoler sur une main qui l’emmènera au vent. Elle est surprenante de légèreté. Je l’aime d’autant plus que j’avais croisé la veille dans le métro une sculpture métallique impressionnante et magnifique portée en bague par une main indolente et que ceci avait éveillé ma papille bidouilleuse. Alors, elle est loin d’être magnifique, impressionnante ou quoi que soit, mais l’esprit est là. Et cette légèreté… je n’en reviens pas ! Bon je ne dis qu’une chose : il faut l’essayer !

Contente de moi. (une fois n’est pas coutume).

2012-07-19 22.26.462012-07-19 22.26.57

 

 

Publicités
Cette entrée a été publiée le 25 juillet 2013 à 08:24 et est classée dans Bijoux, Couleurs, Crochet, Métal, Techniques, Uncategorized. Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

4 réflexions sur “Capsules volantes #2

  1. Le , jeannepe a dit:

    Et alors, le chouaipse, tu aimes ça ? Et puis, à quand la prochaine tentative ? Peut-être avec un fil un chouilla plus gros 🙂 tchin !

    • La prochaine tentative : BIENTOT ! (j’ai un arrivage de coton imminent et je pense puiser dedans pour essayer avec un fil deux fois plus gros, pour voir ce que ça donne. Et puis, j’ai dans l’idée une version hiver en laine. Et là, je sais déjà laquelle j’utiliserai).
      Sinon, par rapport au chouaipse, je dois dire qu’un verre, ça passe. Deux verre, ça va encore. Après, c’est l’écœurement assuré. Non mais pour être franche, je trouve ça quand même assez dégoulace, dès le départ (mais chut, faut rien dire, le chouaipse a sa dignité quand même !)
      Et enfin, bonne nouvelle : j’ai compris qu’on n’était pas obligée d’acheter les 6 canettes d’un coup. Du coup, je peux varier les parfums. Ca me rassure (et mon futur ulcère aussi).

      • Le , jeannepe a dit:

        Le Ice Tea c’est moins mauvais et je suis sûre que leurs capsules sont splendides !

  2. Edit grammairien : Jour 1 milieu de soirée : c’est « troquer » et pas « troqué » !

    Et même si ça ne fait qu’une lettre à rajouter (et deux lettres à modifier), et bien, la perspective d’une heure de mise en page pour recaler toutes les photos me désespère d’avance (et mon bouquin m’attend au tournant avec un gourdin en guise de récidive de procrastination : il a l’épistémologie dans le placard et ça lui fout le cafard).

    Donc, je vous laisse, honteusement, avec une belle faute au milieu du texte et sa correction en bas de page.

    pas très correct, mais un jour, je vous ferai un article sur comment j’écris mes articles, et vous comprendrez.
    Du moins, vous compatirez.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :