Oyazgur

Akhisar

Au départ, une nécessité nécessaire : une nouvelle paire de chaussons, les miens peinant à tenir encore la route : couleur partie depuis longtemps, point relâché de fatigue et le sol froid qui s’invite par les trous de la semelle… c’est que, c’est que… qu’est-ce que j’ai pu les porter ces chaussons, je les adore !

IMGP2485

Alors voilà, je me dis que c’est l’occasion d’inaugurer ces modèles qui invitent au voyage et me font de l’œil – ou plutôt du pied – depuis bien longtemps.

Et puis quand même, je ne peux pas abandonner mes vieux chaussons… On ne balance pas comme ça au rebut de si bons compagnons ! Alors le mieux, c’est quand même de leur rendre hommage, à eux mais aussi aux mains qui les ont fait, à toute allure, dans un tout petit village dans la région d’Izmir, où les poussins s’égaient dans la cour et où le tabac pousse derrière la maison, entre les oliviers.

 

 

Je sors donc un chausson qu’on m’offrit tel quel, pour que je vois comment c’est fait, parce qu’avec les mots… valait encore mieux qu’on se contente de sourire… IMGP2486Mais des mots quand même, ceux furent notés, patiemment par des mains qui savent tricoter et retranscrire en même temps (et au passage vous rattraper toutes les mailles tombées, et faire des mètres et des mètres de couture parce que vous ne savez faire que de la chaînette, mais que vous voulez, quand même, faire une couverture). Des mains à qui je dois de pouvoir écrire ces quelques mots… un double hommage alors ! Ne nous refusons rien ! Allez, des aiguilles, une soixantaine de mailles et c’est parti !

C’est tellement parti que c’est déjà fini ! Un peu de point mousse pour la bordure, hop ! hop ! du jersey avec des augmentations et quelques jetés, hop ! hop ! Encore un peu de point mousse pour faire la semelle.

Reste à coudre, et là, petite minute technique : quand même, la couture va être sous la plante du pied, alors bon, l’idée, c’est quand même qu’elle soit la plus fine possible.

IMGP2536

 

Que je vous explique, pour coudre, on peut faire comme ci-contre : on pique de droite à gauche, et on recommence, IMGP2537en piquant un peu avant, pour que les points se chevauchent.

 

 

 

C’est joli et c’est solide. Mais c’est en relief… 

 

 

IMGP2538

 

 

 

Alors, l’autre technique, c’est le grafting (comme le rafting, mais avec un g…). On met bien l’ouvrage, bord à bord. Et puis on pique, tranquillement, une fois à droite, une fois à gauche, en suivant la ligne des mailles.

IMGP2539

 

 

 

 

Et puis on tire, tout doucement : les bords se rapprochent, et se fondent. Il n’y a plus qu’à lisser le tout.

 

 

ni vu ni connu ! (on les retrouve )

IMGP2728

Publicités
Cette entrée a été publiée le 11 juin 2014 à 19:27 et est classée dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :