Oyazgur

Ce matin, j’avais le petit déjeuner réflexif. Encore vaguement enivrée des sifflets de Soweto, d’incantations et de voix cristalline.IMGP6037 Et là, l’énervement qui reflue, sourd, au rythme des tambours. Enfin, pas vraiment la colère mais plutôt un cri du coeur, un appel aux esprits, le tout teinté d’un voile de désespoir : « mais les mecs, laissez-nous profiter ! Franchement, pour de vrai. On a payé notre place, on s’est décollées de nos chaises longues, on s’est coltiné la première partie. Laissez-nous profiter ».

Et c’est là que j’abandonne toute velléité de démocratie culturelle où je ne sais trop quoi. En fait,  à l’entrée des salles de concert, il ne devrait pas seulement y avoir des bouchons d’oreille mais aussi un test : t’es qui, tu fais quoi, qu’est-ce qu’on va voir, t’as conscience de ce que cela implique, cites-moi trois informations importantes sur l’Afrique du Sud etc.

Tu sais pas ? tu hésites ? recalé ! tu peux toujours aller bar, te poser devant le grand écran avec ta binouze, mais tu laisses la salle à celles et ceux qui 1 : aiment la musique. Genre vraiment, genre qui se mettent pas à gueuler dès que le chanteur parle et à faire des choeurs de gorets sur le murmure de la chanteuse. 2 : qui savent (encore) se tenir. Debout, en société… la définition est large.

Nan mais et puis franchement, les gars, faut arrêter. Je vous jure, plus je sors en mixité, et plus je suis convaincue du bienfait pour la santé neuro-cardiaque, cérébrale et pulmonaire des espaces en non-mixité. Vous militez pas pour votre cause vraiment. Pourquoi, vous vous sentez malins quand vous arrivez après tout le monde et que vous faites le forcing pour passer au deuxième rang ? Pourquoi vos copines bourrées arrivent à danser et à s’éclater sans envahir tout l’espace et que vous, vous ne pouvez pas vous retenir d’écraser tous les arpions à votre portée, de renverser votre bière (trois fois) et de répéter que vous voulez pas de mal, que vous êtes gentil alors que juste, vous êtes soulant. Soulant et envahissant. Tu veux sautez partout ? vas-y, éclates-toi : va derrière, sur le côté, c’est fait pour ça. Mais laisse-moi sentir les vibrations de la trompe bantu qui m’enveloppe, laisse les percus prendre possession de mes pieds, les sifflets vibrer dans mes genoux. Laisse-moi m’accrocher aux mots, essayer de comprendre,  me laisser gagner par le rythme qui s’accélère. Les épaules qui entrent dans la danse, la sueur qui monte.

Laisse-moi dans cet état second et laisse-moi tranquille. Au passage, laisse aussi ta copine profiter et arrête de la prendre pour ta nounou, à te mettre la main sur l’épaule, à expliquer que tu n’es pas méchant (elle-aussi !) mais que tu as un peu trop bu. Chuuuuut… chuuuut… laisse-moi répondre à l’invitation des musiciens.

ah ouais, voilà, smooth au début, « we start slow », « we start slow » puis de plus en plus transe. Avec des effets secondaires durables : une sorte de sourire, le corps plus léger, l’âme aussi, et un goût esthétique plus aristocratique.

IMGP6038La preuve : ce matin, sans même m’en rendre compte j’ai assorti ma tasse à mon tricot. Ah, je me sens vraiment grandie de cette expérience !

Et avant de couler complètement dans cette bienitude, juste une dernière petite dédicace au Corto Maltese qui n’avait d’yeux que pour sa copine, la protégeant des blaireaux par un bras protecteur et des regards possessifs. Mon grand, sache que ton bras c’est comme tout mur : tu crois que ça protège mais en fait ça enferme. Et puis, si tu trouves que des types sont relous, tu fais comme nous, tu leur dis, bref, tu élargis ton cercle, tu te soucies de l’ensemble des personnes qui t’entourent et partagent ce moment de plaisir et pas seulement de ta copine, qui prend dangereusement des allures de propriété privée en cet instant. Copine qui ne s’y est pas trompée d’ailleurs, et qui t’a larguée avec le sourire pour aller danser un peu plus loin.

Libre

 

 

Publicités
Cette entrée a été publiée le 26 mai 2017 à 09:10 et est classée dans Bonnets, Couleurs, Tricot, Uncategorized. Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :